L’Adie dévoile les résultats de sa nouvelle étude d’impact
La mesure de sa performance sociale est un devoir permanent pour l’Adie, autant pour s’assurer qu’elle reste fidèle à sa vocation vis-à-vis de ses partenaires publics et privés que pour les personnes qu’elle finance et accompagne.



L’action de l’Adie dynamise le tissu économique des territoires

taux de pérennité des entreprises Adie
En dépit de la  crise économique et sociale persistante, les résultats de l’enquête menée au cours du quatrième trimestre de l’année 2016, qui inclue pour la première fois les Outre-Mer en plus de la métropole, démontrent que chacun peut créer et développer une entreprise viable et contribuer au développement économique de son territoire, quels que soient sa situation financière ou son niveau de formation, si on lui apporte l’aide financière et l’accompagnement adaptés.

 

En effet, alors qu’au moment où elles contactent l’association, la majorité des personnes financées et accompagnées par l’Adie sont en situation de chômage et 41% sont titulaires des minima sociaux, la nouvelle étude d’impact révèle que 84 % de ces personnes sont insérées professionnellement deux ans après l’intervention de l’Adie.

Ces performances tiennent en partie à la pérennité de ces entreprises, comparable au niveau national, en dépit du manque de capital socio-économique plus important au démarrage. En effet, 76 % des entreprises que créent et développent les créateurs financés et accompagnés par l’Adie sont pérennes à 2 ans et 63% après 3 ans.

Frédéric Lavenir, Président de l’Adie, s’en félicite : « Ces résultats en nette amélioration confortent notre forte ambition de développement, partout en France, pour lever les freins et libérer les énergies créatrices de celles et ceux qui veulent se lancer à leur tour. En ces temps où le chômage et l’exclusion exercent en France une violence si visible et si inacceptable, ils nous encouragent à donner leur chance à plus de créateurs d’entreprise et à plus de projets d’activités, qui sont autant des projets de vie. »


Les entreprises créées avec des microcrédits génèrent de l’emploi en France

taux d'insertion des créateurs d'entreprise financés par l'Adie

Ancrées dans leurs territoires, ces entreprises contribuent en outre à en dynamiser l’économie et, pour certaines, à y créer des emplois : 1,3 en moyenne par chaque entreprise pérenne soutenue par l’Adie (vs 1,26 en 2013).

Ces résultats viennent renforcer la conviction de l’Adie qu’il y a tout à gagner à encourager, financer et accompagner les initiatives des entrepreneurs, quels que soient leur situation, leur origine sociale, leur lieu d’habitation, leur âge ou leur genre. Rappelant qu’un euro investi dans le microcrédit professionnel rapporte 2,38 euros à la collectivité, Frédéric Lavenir insiste : «Si modestes soient-elles, ces entreprises sont créatrices de richesse, de lien social et d’optimisme dans les territoires. »

 

Quelques notions pour comprendre

Le taux d’insertion est le pourcentage de micro-entrepreneurs en situation d’emploi à la date de l’enquête par rapport au nombre total de personnes interrogées. Sont en situation d’emploi les créateurs dont l’entreprise est en activité à la date de l’enquête (quelle que soit sa date de création) et ceux dont l’entreprise n’est plus en activité mais qui ont retrouvé un emploi ou créé une autre entreprise.

Le taux pérennité à 2 ans et à 3 ans est le pourcentage d’entreprises encore en activité à la date de l’enquête et créées respectivement deux ans et trois ans auparavant.



> Téléchargez la synthèse de l'étude

Publié le : 10.02.17