You are here

 

Tristan Plot, un créateur financé par l'Adie lauréat du concours Créa'Vienne

Tristan Plot, un créateur financé par l'Adie lauréat du concours Créa'Vienne

Après un passage remarqué dans "Des Racines et des Ailes", Tristan Plot a été le lauréat du concours Créa'Vienne, un concours de création d'entreprise dans le département de la Vienne.

Lire la suite
Passionné par les oiseaux depuis l'enfance, il a choisi de se diriger vers des études supérieures portant sur les sciences de l’environnement. Il a donc suivi une formation personnelle et universitaire en biologie, écologie et éthologie.

C'est en 1999 qu’il a  intégré le milieu professionnel des oiseaux en semi captivité, à la volerie de Montrichard (41), puis aux géants du ciel de Chauvigny (86). Cela lui a permis de maitriser l'aspect technique, la présentation du spectacle, mais aussi la gestion de la reproduction, l’élevage et l’éducation des oiseaux. Il s’est alors occupé de cigognes blanches, de toutes sortes de rapaces, ainsi que de goélands, marabouts, aigrettes, jabirus, kookaburras, cormorans, cariama, ou encore des passereaux et de nombreux oiseaux exotiques. Cela lui a également permis de comprendre la nature des contacts possibles entre l’homme et l’oiseau grâce aux différentes techniques de dressage.

En 2004, il devient responsable et créateur de la partie animalière de la compagnie le Guetteur, pour le projet « La Confidence des Oiseaux ». Travailler avec cette compagnie de danse contemporaine lui a permis d’approfondir ses recherches sur les liens homme-oiseaux et de créer ainsi des rapprochements profonds entre des oiseaux et des danseurs.

Une autre originalité de ce spectacle est que la sensibilisation des spectateurs vis-à-vis des oiseaux se fait, non pas avec un discours pédagogique, mais grâce aux émotions provoquées par la création artistique. Les oiseaux ne sont présentés ni comme des outils, ni comme des accessoires du spectacle, mais bien comme des êtres complexes et sensibles, complices des danseurs.

Il devient alors, titulaire du certificat de capacité pour la présentation au public en itinérance (non domestique).
Ensuite, pour s'approcher au plus près des sensations que peuvent avoir les oiseaux,  il entreprend de passer son brevet de pilote de paramoteur (parapente à moteur). Ayant ainsi les plumes au vent, il est devenu inévitable de voler avec eux... Après un an de préparation, ce rêve devint réalité ! 

Fort de ces expériences, il décide de créer son entreprise « A vol d'oiseau / As the crow flies » début 2013, avec le soutien de l'Adie.

L'éducation des oiseaux pour des projets atypiques étant maintenant sa spécialité, il entreprend de la mettre à profit pour des tournages, spectacles, baptêmes de l'air avec oiseaux, animations pédagogiques et ateliers de sensibilisation avec des personnes handicapées.

Il n’existe qu’une seule autre entreprise de ce type en France. Grâce au prix Créa'Vienne, il a remporté 9 000 € (1 500 € de subvention et 7 500 € de prêt à taux 0%) en 2013.


 

Publié le : 16 janvier 2014

Du 3 au 7 février prochains, l’Adie se mobilisera pour sa 10ème Semaine du Microcrédit© et le 25ème anniversaire de sa création

Du 3 au 7 février prochains, l’Adie se mobilisera pour  sa 10ème Semaine du Microcrédit© et le 25ème anniversaire de sa création

Cette édition « anniversaire » sera l’occasion de dresser le bilan de 25 années d’action en faveur de l’emploi et du développement économique.

Lire la suite



Au programme :

• Le bilan de 25 années d’action pour lutter contre le chômage
• L’illustration de la pertinence du microcrédit accompagné de l’Adie comme outil de promotion sociale à travers 25 parcours de créateurs
 
et tout au long de la semaine, dans toutes les régions de France :



• Des forums d'information à Paris et dans les grandes villes de province, des journées portes ouvertes dans les antennes Adie,
  • Une présence des équipes de l’Adie chez ses partenaires partout en France : Pôle emploi, CCI, BGE, Missions locales, RSI, banques, bureaux de poste
• Des animations « spéciales anniversaire » pour aller à la rencontre du public

Le microcrédit, une arme anti-chômage

Dans un contexte où les leviers d’intervention « classiques » montrent leurs limites, la boite à outils de lutte contre le chômage doit se renouveler.Depuis 25 ans, le microcrédit accompagné de l’Adie a démontré son utilité comme une des voies efficaces de retour à l’emploi. En effet, 42% des personnes financées par l’Adie étaient au RSA ou en ASS et plus de 25% étaient en chômage indemnisé lors de leur premier contact avec l’association. L’étude d’impact menée par CSA au 2ème trimestre 2013, auprès des publics de l’Adie, révèle qu’en dépit du durcissement de la crise, les personnes soutenues par l’association bien qu’en situation de précarité et au niveau de formation inférieur à la moyenne des créateurs d’entreprise, sont à même de développer une activité économique viable, pour peu qu’on leur apporte l’aide, financière et d’accompagnement, adaptée. Elle démontre en outre que le taux d'insertion de ces personnes atteint 84%, contre 79% lors de la dernière enquête en 2010 et que 42% sortent des dispositifs des minima sociaux. 
Depuis plusieurs mois, les pouvoirs publics invitent les acteurs de l’économie sociale et solidaire à « changer d’échelle ». Encore faut-il que son potentiel de croissance et d’insertion soit démontré et mieux reconnu. 

Du 3 au 7 février 2014 : une 10ème édition de la Semaine du Microcrédit© sous le signe des 25 ans de l’Adie
En 10 ans, cette manifestation est devenue un rendez-vous incontournable; elle permet d’informer chaque année de nombreuses personnes et d’encourager nombre d’entre elles à oser franchir le pas en déposant leur projet de création d’entreprise. Ainsi, en 2013, plus de 90 000 personnes ont pris contact avec l’Adie à l’occasion de la Semaine du Microcrédit© (+30% par rapport à 2012), dont plus de 7 000 porteurs de projet. La 10ème édition, qui se tiendra du 3 au 7 février prochains, dans toute la France, permettra une fois de plus à l’Adie d'aller à la rencontre du public chez les partenaires qui lui orientent des porteurs de projets en recherché de financement (Pôle emploi, CCI, BGE, Missions locales, banques, bureaux de poste...), afin de les mobiliser autour d'une cause commune : la création d'entreprise comme outil de lutte contre le chômage. Des forums à Paris et dans quelques grandes villes de province seront également organisés, auxquels s'ajouteront des journées portes ouvertes dans les antennes de l'Adie. 


Lire le communiqué de presse

Publié le : 13 janvier 2014

L’Adie se dote d’un nouveau numéro pour la nouvelle année

L’Adie se dote d’un nouveau numéro pour la nouvelle année

Depuis le 1er janvier 2014, l’Adie a un nouveau numéro. Les porteurs de projets de création d’entreprise pourront appeler le numéro Cristal 0969 328 110.

Lire la suite

À compter du 1er janvier 2014, les personnes souhaitant solliciter un microcrédit de l’Adie pour créer ou développer leur entreprise pourront joindre les conseillers accueil de Roubaix sur le numéro Cristal 0969 328 110.

Ce numéro Cristal sera valable en France métropolitaine, Guadeloupe, Guyane, Martinique, et Réunion. 

Le numéro Vert sera toujours actif jusqu'au 31 janvier 2014. Mais à partir du 1er février, le numéro Cristal devient l’unique point d’entrée vers la plate-forme d’accueil téléphonique de l’Adie. 

Ce nouveau numéro Cristal présente l’intérêt d’être un numéro non surtaxé, la communication étant au tarif d’une communication locale pour les appels depuis un téléphone fixe. Surtout, les appels émis depuis une box ou un téléphone portable, qui représentent 60% des appels vers la plate-forme, coûtent moins cher vers un numéro Cristal que vers un numéro Vert.


 

Publié le : 06 janvier 2014

Inauguration de la nouvelle antenne d'Aix en présence de Catherine BARBAROUX

Inauguration de la nouvelle antenne d'Aix en présence de Catherine BARBAROUX

C'est sous un beau ciel bleu que s'est déroulée le 18 décembre l'inauguration de la nouvelle antenne de l'Adie à Aix en Provence en présence de nombreux partenaires et de micro-entrepreneurs.

Lire la suite

Coutume respectée : le ruban a été coupé par Catherine Barabaroux et Maryse Joissans-Masini, Présidente de la Communauté du Pays d'Axie et Maire d'Aix en Provence devant une soixantaine d'invités dont notamment Michèle Tregan (Conseillère régionale déléguée à l'emploi), Thierry Bazin (Directeur adjoint inter-régional CDC) et Alain Arezki (Conseiller municial de Vitrolles).


Trois micro-entreopreneurs soutenus par l'Adie ont témoignés de leur parcours de vie, souvent difficile, de leur besoin et envie de ne pas baisser les bras pour autant et de leur rencontre avec l'Adie, déterminante pour mettre en oeuvre leur projet d'entreprise. Hadi El Saneh, traiteur libanais, a suivi la formation Créa=jeunes à Marseille et a obtenu un microcrédit pour lancer son activité, dont l'ouverture est prévue en janvier 2014). Magali Wynen a crééun snack de spécialités réunionnaises il y a quelques mois et Philippe Le Saint a mis au point un procédé de nettoyage bio aujourd'hui breveté et proposé par sa société, Bionet.

Publié le : 19 December 2013

Auto-entrepreneur : l’Adie réagit aux propositions du rapport Grandguillaume

Auto-entrepreneur : l’Adie réagit aux propositions du rapport Grandguillaume

L’Adie estime avoir été entendue. Elle accueille avec satisfaction la plupart des propositions du rapport Grandguillaume mais reste attentive à leur mise en œuvre effective.

Lire la suite

L’Adie considère que les mesures de simplification proposées par le député Laurent Grandguillaume dans le cadre de la Commission relative à l’entrepreneuriat individuel peuvent jouer un rôle décisif pour exploiter à plein le potentiel d'initiative des Français, illustré par le succès du régime de l'auto-entrepreneur. Elle espère que ces propositions, qui vont dans le bon sens, seront effectivement reprises dans la loi Pinel.

 

Pour Catherine Barbaroux, Présidente de l’Adie : “ L’Adie a été entendue. Elle a toujours plaidé pour que les avancées en termes de simplification et de lisibilité du régime de l’autoentrepreneur soient préservées et élargies à l’ensemble des entreprises individuelles. En choisissant la voie de la confiance et de l’accompagnement, les mesures préconisées par le rapport Grandguillaume redonnent espoir aux micro-entrepreneurs et auront donc un impact positif sur l’emploi”.

 

L’Adie, qui a activement participé aux travaux de la Commission, adhère pleinement à la principale proposition de cette Commission qui, en étendant les acquis positifs du régime de l’auto-entrepreneur à tous les entrepreneurs soumis au régime « micro fiscal », faciliterait le passage à l’acte de chômeurs voulant démarrer une activité. Rappelons que deux tiers des chômeurs ayant choisi le régime de l'auto-entrepreneur démarrent une activité dans le but de créer leur propre emploi.

 

L’Adie demeurera toutefois attentive aux débats parlementaires portant sur le projet de loi relatif à l’artisanat, au commerce et aux très petites entreprises. Le texte actuel comporte des dispositions qui vont à contre-courant des conclusions de la Commission Grandguillaume et risquent d’adresser un signal négatif aux créateurs d’entreprises déjà déstabilisés par plusieurs mois d’annonces prévoyant diverses restrictions pour les auto-entrepreneurs.

 

En 2014, plus de 60 000 chômeurs risquent de ne pas retrouver d’emploi grâce à la création de leur entreprise si les menaces de remise en cause ne sont pas levées définitivement.

 

Lire le communiqué de presse


 

Publié le : 17 December 2013

En plus du microcrédit, l’Adie propose un accompagnement adapté aux micro-entrepreneurs

En plus du microcrédit, l’Adie propose un accompagnement adapté aux micro-entrepreneurs

Afin d'aider les micro-entrepreneurs à développer et pérenniser leur activité, l'Adie leur propose gratuitement des services de conseils et de formations adaptés à leurs besoins.

Lire la suite

Cette offre d'accompagnement est individuelle ou collective et accessible à tout moment de la vie de l’activité. Elle porte sur des domaines variés comme par exemple l'appui pour les formalités administratives, la gestion, la communication, le marketing et l’insertion bancaire.

Cet accompagnement personnalisé s’étend de l’aide au montage de projet en amont de l'octroi du microcrédit à un suivi à la carte d'aide au développement de l’entreprise, en passant par un ensemble des conseils pour bien démarrer son activité. 

Une plateforme d'assistance téléphonique, "Adie Conseil Info", accessible du lundi au vendredi, de 14h à 17h, est également à la disposition des créateurs d’entreprise financés par l’Adie pour leur apporter en temps réel des réponses et des solutions concrètes pour la gestion de leur activité.

En outre, l’Adie teste actuellement un nouveau dispositif à Rennes et à Mulhouse depuis octobre 2012 : le programme Adie MicroBusiness, une formation de deux semaines qui vise à aider les créateurs d’entreprise à finaliser leur projet.

Un accompagnement spécifique pour les jeunes

Pour les jeunes de 18 à 32 ans, l’Adie propose, dans 19 sites en France (dont 4 dans les DOM-COM), un programme de formation complet à la création d'entreprise de 6 à 8 semaines qui a permis à près de 5 000 jeunes depuis 2007 de passer de l’idée au projet.

 

Des « Bons Plans » pour développer son activité

L’offre d’accompagnement de l’Adie se renforce également de services complémentaires comme les Bons Plans, permettant aux micro-entrepreneurs de bénéficier de tarifs privilégiés pour des services et équipements nécessaires à la vie et au développement de leur entreprise, grâce à des partenariats négociés par l'association auprès de prestataires sélectionnés.

92% des créateurs accompagnés sont satisfaits

Un nombre croissant de créateurs financés par l’Adie fait appel aux services d’accompagnement mis à leur disposition par l’association : 24% en 2010 vs. 38% en 2013. 92% des créateurs y ayant eu recours s’en déclarent satisfaits.

 

L’accompagnement entraine une évolution des pratiques de ces créateurs d’entreprise, dont 70% déclarent changer leur façon de gérer leur activité suite à cet accompagnement.  Ils le jugent particulièrement utile au démarrage de l’entreprise (87%) et pour accompagner son développement (74%) (source : étude d'impact de l’action de l’ Adie 2010-2013).

 

Publié le : 13 December 2013

La Française des Jeux reverse 80 000 euros à l'Adie suite à l'opération de l' "Atelier des rêves"

La Française des Jeux reverse 80 000 euros à l'Adie suite à l'opération de l'

L'opération "Atelier des rêves" de la Française des jeux, lancée le 30 septembre dernier, a permis de financer le rêve de quatre internautes et de reverser 80000 euros à l'Adie pour l'accompagnement de jeunes entrepreneurs.

Lire la suite

A l'occasion des 80 ans de la Loterie Nationale, la Française des Jeux avait lancé le 30 septembre dernier « L’Atelier des Rêves », un concours photos invitant les internautes à poster des photos de leur rêve et à faire voter leur réseau pour les soutenir. Les quatre personnes ayant récolté le plus de votes ont alors été financées par la Française des Jeux pour réaliser leur rêve. Avec plus de 2 800 rêves postés et 80 000 votes, cette opération a rencontré un vrai succès.

Parallèlement à cette opération, la Fondation d’entreprise FDJ a versé 1€ à l’Adie pour chaque vote enregistré depuis le lancement. Puis, pendant toute la durée de l’opération, la Fondation FDJ a également relayé cette dimension solidaire de l’Atelier des Rêves, en valorisant 8 portraits vidéo de jeunes micro-entrepreneurs ayant créé leur activité grâce à un accompagnement de l’Adie. L’adhésion des internautes à leurs projets a permis d’engendrer plus de 10 500 votes supplémentaires pour soutenir la cause.

Cette belle opération a ainsi permis de récolter 80 000 euros pour l'Adie, une somme qui permettra de financer la formation CréaJeunes de l'Adie de 40 jeunes porteurs de projet.

Pour rappel, le programme CréaJeunes de l'Adie est une formation de six semaines sur la création d'entreprise, gratuite et ouverte aux jeunes âgés de 18 à 32 ans souhaitant créer leur micro-entreprise. En 2012, environ 1 200 jeunes sont passés par le programme Adie CréaJeunes. 

Publié le : 03 December 2013

Deux navigateurs préparent la Transquadra sous le pavillon du Fonds Adie

Deux navigateurs préparent la Transquadra sous le pavillon du Fonds Adie

Dans le cadre de la course Transquadra, Brice Mollaret et Jean-Pierre Guillaume, deux amis de 20 ans, passionnés de voile vont réaliser leur rêve : traverser l’Atlantique à la voile.

Lire la suite

 

Cette course  en monocoque qui aura lieu en  juillet 2014 regroupe des skippers amateurs de 40 ans et plus passionnés de voile.

 

 

Les deux navigateurs ont choisi d’associer un engagement associatif à leur défi sportif en apportant leur soutien à l’Adie via le Fonds Adie.  

Ce soutien est avant tout dû aux convictions personnelles des deux skippers amateurs, qui souhaitent soutenir la réinsertion des par la création d’activité de personnes en situation de précarité et des chômeurs financés et accompagnés par l’Adie. 

« Nous sommes tous les deux salariés et admiratifs du travail de l’Adie. Nous voulons l’aider à développer sa notoriété et favoriser ainsi l’accompagnement des micro-entrepreneurs. »

Six mois avant le départ, les deux skippers doivent encore trouver des partenaires et des fonds pour réaliser ce beau projet, sportif et citoyen.

 

Pour soutenir Brice et Jean Pierre dans leur épopée, rendez vous sur www.nouvelle-etape.com 

 

Bon vent et bon courage à eux ! 


 

Publié le : 03 December 2013

Une créatrice d'entreprise soutenue par l'Adie en Poitou-Charente primée dans le cadre du Prix Entreprendre au féminin

Une créatrice d'entreprise soutenue par l'Adie en Poitou-Charente primée dans le cadre du Prix Entreprendre au féminin

Diana Fitour a remporté fin novembre le coup de cœur du prix Entreprendre au féminin dans le secteur de l'Economie Sociale et Solidaire.

Lire la suite

Elle est co-entrepreneuse de « la maison de l'Ange » à Châtellerault (86),  au sein d'Aceascop (coopérative d'activité et d'emploi en Scop), et vend des produits de puériculture écoresponsables.


La remise du prix a lieu lors du Salon de la Croissance verte, qui est l'occasion de mettre en lumière des entreprises régionales s'étant le mieux illustrées dans le domaine de la croissance verte.


Roumaine d’origine, Diana arrive en France en 2003 et s’inscrit aussitôt en Fac à Brest, d’où elle sort deux ans plus tard avec un Master 2 en médiation culturelle. Mais les débouchés sont aléatoires… Ce qui l’amène à concevoir son projet autour des couches lavables. Son concept « La Maison de l’Ange » est né du constat des soucis que peuvent provoquer les couches à usage unique (erythèmes fessiers, allergies, asthme, stérilité masculine, dérèglement hormonaux, cancers des testicules) ainsi que le coût de celle-ci.


Les couches lavables permettent une économie de près de 1 500 € par enfant.


Le troisième facteur de ce besoin de changement est dicté par l’impact environnemental, avec une moyenne de 4 500 couches jetées par enfant.


Un impact environnemental qui pousse de plus en plus de collectivités à promouvoir l’utilisation des couches lavables dans leurs programmes de prévention des déchets, comme la ville de Niort qui propose une aide financière à l’achat et des kits d’essai gratuits pendant un mois.


Les démarches entreprises par Diana pour créer son activité la mènent à l’Adie où elle s'inscrit dans le programme d' accompagnement dédié aux jeunes créateurs d'entreprise de 18 à 32 ans, CréaJeune. Elle s'y forme aux compétences de base pour lancer son activité.


Elle obtient ensuite un microcrédit de 2 500 € afin de pouvoir acheter un stock conséquent de couche lavable.


Un an après, Diana attire plusieurs dizaines de clients nouveaux attirés par un produit moins cher, des ateliers d’information gratuits et la possibilité de faire un essai. Elle peut maintenant se verser un petit salaire et commence à explorer de nouveaux produits.


« Beaucoup de parents viennent pour des problèmes d’eczéma et d’irritations. Exclusivement naturelles, les couches lavables permettent à la peau de respirer. De plus, les bébés ressentent l’humidité et prennent vite conscience de la notion d’inconfort. Résultat, ils sont propres plus tôt, entre 6 et 8 mois en moyenne », argumente Diana Fitour.

Publié le : 03 December 2013

> Consulter les actualités 2010 | 2011| 2012 | 2013