Portrait

Tariq met à disposition des scooters électriques pour les coursiers

« Ce qui m’a motivé c’est l’impact écologique. Il y a une prise de conscience générale depuis plusieurs années. Les entrepreneurs sont des bâtisseurs. Si ce ne sont pas eux qui montrent la voie, qui le fera ? »

Temps de lecture : 6 minutes

Tariq, jeune entrepreneur d'à peine 27 ans aux propos si mûrement choisis qu'on croirait avoir affaire à un sage, dispose d'une volonté d'acier alliée à un caractère formidable. Tout cela lui a permis de prendre son destin en main pour devenir un remarquable entrepreneur.

Observateur et curieux de tout, Tariq n'a jamais élevé de frontières entre ses passions et ce qu'il souhaitait faire de sa vie. Sa passion pour les chevaux, « premiers moyens de locomotion écologique », leur beauté et leur puissance lui ont donné l'idée de créer sa société de location de scooters électrique « Horses scooter ».

Très tôt, Tariq a été sensibilisé à la cause écologique lors d'un voyage scolaire au Guatemala. Il l'avoue lui-même, avant ce voyage il jetait des canettes ou des bouteilles et ne prenait pas d'intérêt à épargner le sol sur lequel il vivait. Il a été profondément marqué par l'importance qu'a la terre pour les populations locales mayas. « Pour eux, tout vient de la terre et tout repart à la terre ». Leur abnégation à se priver pour satisfaire au confort de leur invité en lui proposant le meilleur de ce qu'ils avaient a été l'élément déclencheur.

Par la suite, le parcours de Tariq est à l'image de sa volonté d'imaginer un transport dans un souci de renouveau écologique.

Devenu bachelier, il se lance dans un DUT GEA (Gestion des entreprises et des administrations), mais au bout d'un mois, animé par son honnêteté, comprenant que cette filière n'est pas faite pour lui il a le courage d'abandonner pour se poser, et prendre une année sabbatique. Par hasard, une amie lui parle d'une préparation HEC permettant d'intégrer une école de commerce. Tariq réalise que ces études pourraient lui apporter des méthodes indispensables afin de donner vie à son idée d'entreprise. Son charisme et sa détermination convainquent la directrice de la prépa. Ces deux ans lui ouvrent les portes d’une grande école de commerce, mais il n’a malheureusement pas les moyens de la financer.

Tariq ne baisse pas les bras. Il se sert de cet échec pour rebondir. « Mes amis m'ont soutenu. Ils m'ont montré qu'ils croyaient en moi, que je valais quelque chose. »

Il s’oriente donc vers une Fac d’éco gestion et obtient un stage chez Foodora en 3ème année. « J’étais le seul issu de d’une fac. » C’est ce stage qui va asseoir en lui la fibre entrepreneuriale.

L’année suivante, alors qu’il s’apprête à rentrer en Master 1, Tariq fait le choix risqué d’abandonner pour se consacrer à Foodora. Pari gagné ! Son manager l’envoie à Lyon pour développer un nouveau marché. Là-bas, il comprend que le secteur de la Food Tech est en pleine expansion, que les coursiers seront un aspect clef de ce business, et tout cela fait écho avec la boîte qu'il souhaite créer.

En 2017, lors de son retour à Paris, Tariq refuse un CDI et décide de lancer sa boîte de mise à disposition de coursiers avec un associé. Les affaires se développent très bien mais pour des raisons personnelles il préfère quitter la société en 2018.

Un de ses anciens fournisseurs lui offre un poste, il refuse une nouvelle fois. « Je préfère forger mon propre destin ». Ce même fournisseur, ayant en mémoire la qualité de ses services et désireux de lui donner une nouvelle chance lui propose alors de monter son entreprise de mise à disposition de scooters électriques et de développer le marché en banlieue. Il accepte.

Tariq démarre avec 5 véhicules en 2019. À l’époque, un ami qui travaille à l’Adie lui parle de l’association. Il rencontre rapidement Rachid, conseiller en Seine Saint-Denis, qui lui accorde un prêt et lui permet de financer 5 véhicules supplémentaires.

« L’Adie a été très réactive à ma demande. Les conseillers sont à l’écoute et nous suivent avant, pendant, et après la création du projet. L'Adie ça a été un soutien financier, et un soutien d'horizon sur ma manière de gérer ma boîte. »

La région Île-de-France lui accorde également des bonus écologiques car tous ses véhicules sont électriques. Grâce à ces bonus, Tariq commande de nouveaux scooters.

Il devient gestionnaire du garage dans lequel il stockait ses scooters ce qui lui permet d’avoir la main d’œuvre à disposition pour les réparations. Récemment il a décroché la 2ème place du « Lauréat de l’économie 93 » dans la catégorie Parcours Création.

Pour lui, le bouche à oreille a été l'élément déclencheur de sa réussite. Un restaurateur qui utilisait ses véhicules a été très satisfait. Il en a parler à un autre, et ça a été l'effet boule de neige.

« C'est incroyable. Tout le travail que je fourni m'apporte quelque chose, il y a un résultat. »

Loin de toute idée mercantile, Tariq ne veut pas gagner de l'argent pour gagner de l'argent. Il est au-dessus de cette trivialité capitaliste. Il veut être utile et apporter sa part pour un monde meilleur.

Pour Tariq, quand on est entrepreneur, c'est une chance de disposer de plusieurs casquettes. Tout particulièrement, la casquette de la « Détermination » permet d'avancer. Ainsi, dans son atelier de réparation, si Vasily son mécanicien est débordé et qu'un client est amené à ne pas pouvoir utiliser son scooter abîmé, Tariq n'hésite pas à mettre la main à la pâte pour que ce client ne soit pas lesé et dépourvu de son outil de travail. « Le plus beau cadeau qu'on puisse avoir, c'est de se sentir utile pour les autres. On sait ce qu'on vaut dans le reflet des yeux des autres ».

Pour lui, le mythe de Sisyphe est une leçon quotidienne qu'il faut garder à l'esprit. Si la montagne de la réussite est un objectif où il se trouve, il sait qu'il faut travailler pour y rester. Ainsi, il fait toujours en sorte de voir à long terme en améliorant sans cesse ses véhicules pour être utile aux autres. Cet amateur de sport, de littérature et de métaphores le dit lui-même : « Le sport permet de savoir qu'on peut se surpasser. Dans l'entreprenariat, c'est pareil. On apprend à savoir tenir dans la difficulté. »

« Je suis acteur de mon entreprise. »

Sa curiosité, qui pour lui est une seconde nature, lui permet d'être au faîte des technologies des batteries au lithium. Il prépare l'installation d'une nouvelle génération d'accumulateur d'énergie capable de proposer une autonomie de 100 kilomètres, contre 60 actuellement, sur ses chevaux d'acier.

Fort de ses expériences, Tariq continue de développer son tissu de relations pour proposer ses « Horses scooters ». Son objectif est d’arriver à trouver les fonds afin de répondre à la demande croissante. Dans ce sens, il a entamé des actions auprès des mairies, de sociétés de services et de transport pour proposer ses scooters à leurs employés.

Sa réussite à Stains (93) est une preuve éclatante que les talents sont partout, qu'il n'y a pas de fatalité, qu'il ne devrait y avoir ni frontière géographique ni milieu social susceptibles d'empêcher leur éclosion. « Créer sa richesse c'est possible ». Tariq l'a démontré et le démontre encore.


Je partage ce portrait :

Celles et ceux qui font l'Adie