Comité de Pilotage 2018
.

COPIL 2018


Acteurs d'une mobilisation générale au service de l’emploi, ils ont été une vingtaine à répondre à l’invitation de l’Adie en participant au COmité de PIlotage (COPIL) de mai dernier. Parmi eux, les Provinces, les banques, le Congrès, le Gouvernement, la ville de Nouméa, le SMA, la MIJ et, plus nombreuses chaque année, les entreprises de Nouvelle-Calédonie.
 
L’occasion de dresser le bilan et de discuter des perspectives de l’Adie en Nouvelle-Calédonie, mais également de partager les réussites de l’année écoulée.
 
Un rôle d’amortisseur social
En ces années difficiles pour l’emploi, l’Adie assume son rôle d’amortisseur social. Sur la seule année 2017, l’activité de l’Association a en effet crû de 14% (31% depuis 2015) ce qui s’est traduit par l’octroi, pour la première fois depuis l’installation de l’Adie il y a 18 ans, de plus d’un millier de microcrédits accompagnés en Nouvelle-Calédonie. Ce sont ainsi 3000 entreprises qui, actuellement, sont accompagnées par l'association pour un encours de microcrédits de plus d’un milliard de francs Pacifique répartis sur l’ensemble du territoire. Cette activité sans précédent traduit, une fois encore, l’esprit d’entreprise qui caractérise si bien les calédoniennes et les calédoniens.
 
Les entreprises calédoniennes se mobilisent
Autre motif de satisfaction : la mobilisation générale prend corps. Les entreprises calédoniennes s’impliquent en effet chaque année d’avantage aux côtés de l’Adie, dans une démarche citoyenne contribuant à ce que toute personne soit en mesure de créer son activité, et donc son propre emploi, là où elle vit : dans le Nord, le Sud ou les îles, dans les quartiers dits sensibles ou encore en tribus. Témoin de cette mobilisation : le soutien du secteur privé a quadruplé en 2 ans ! Merci à la SLN, la BCI, la BNC, BNP-Paribas, la SGCB, KNS, NMC - SMSP et la Calédonienne des Eaux.
 
Des innovations sociales en projet
Enfin, si les années à venir devront permettre de répondre à la demande croissante d’accompagnement pour la création d’entreprise qui amène chaque année plus de 2000 porteurs de projet vers l’Adie (1300 sur le seul premier semestre 2018), il s’agira également d’innover afin de d’apporter de nouveaux services aux entrepreneurs de demain.
 
Pour ne citer que quelques projets :
- déployer une offre de micro-assurance ;
- réduire de 1 semaine à 3 jours le délai de réponse à une demande de financement ;
- organiser une présence régulière dans les tribus et quartiers (projet CitésLab) ;
- proposer un accès au crédit sous forme de prêts de groupe (déjà pratiqués en Guadeloupe notamment) ;
- renforcer l’offre d’accompagnement amont (montage du projet, conseils au démarrage, étude de marché) et post création (développer son chiffre d’affaires, gérer son activité, etc.) dans l’ensemble du territoire.
 
Continuer et amplifier la bataille pour l’emploi local
Ce double enjeux, qui consiste à accompagner d’avantage de chefs d’entreprise en leur proposant une offre de services plus riche sert une cause : l’emploi local. Une bataille que l’Adie mène depuis 18 ans en Nouvelle-Calédonie avec l’ensemble de ses partenaires et qui a d’ores et déjà permis la création ou la sauvegarde de 7000 emplois.
 

Publié le : 09.07.18