Gilles, histoire d'un rêve américain à Montauban Pâtisserie américaine

Sa passion pour la cuisine, Gilles est tombé dedans tout petit, grâce à sa grand-mère qui lui faisait mettre la main à la pâte. C’est en se faisant la réflexion qu’il ne mangeait que des donuts surgelés, faute de mieux dans sa ville, qu’il a eu l’idée d’ouvrir, avec une associée, une pâtisserie « à l’américaine ».

Gilles, histoire d'un rêve américain à MontaubanAuparavant ambulancier ou encore chauffeur-livreur pour les Restos du Cœur, il n’avait aucune expérience liée à la restauration. Avant de se lancer, il décide donc de travailler sur un glaçage particulier pour recouvrir ses beignets, grâce auquel il se démarque, et s’inscrit à une formation sur la création d’entreprise à la Chambre de commerce et d’industrie de Montauban.

Pour réaliser son projet, Gilles ne disposait pas des fonds propres nécessaires. Mais les banques n’étant pas prêtes à le suivre. Il se tourne alors vers l’Adie, à qui il avait déjà demandé un microcrédit personnel pour acheter un véhicule trois ans auparavant. « On m’a accordé un microcrédit de 5000 euros pour l’achat d’une armoire réfrigérée, la caution de mon local et mon premier loyer. Sans cette aide, je n’aurais pas ouvert ma pâtisserie américaine. L’Adie a apporté la dernière pierre à l’édifice. »

Parallèlement au financement, Gilles a été accompagné par Jean-Louis, un bénévole, avec qui il a pu faire une étude de marché détaillée pour fixer le prix de ses produits et mettre en place des formules adaptées. Avant l’ouverture, il a également souscrit une micro-assurance pour couvrir les risques liés à son activité. « S’il se passe quoi que ce soit, je sais que l’on est protégé. »

La boutique, qui propose un assortiment de 32 parfums différents, a ouvert en mars 2013. L’activité démarre tout doucement et les clients sont de plus en plus réguliers mais les débuts restent difficiles. « Je suis content de me lever le matin, même si ce n’est pas facile tous les jours » Son objectif à court terme : atteindre un chiffre d’affaire suffisant pour pouvoir, à terme, embaucher un vendeur.

Pour financer votre entreprise avec l'Adie et vous faire accompagner, rendez-vous sur le site Adie Connect.

Crédit : Joseph Melin

 
 

Viviane, salon de coiffure afro-européen, Salon de coiffure afro-européen

Viviane, salon de coiffure afro-européen, Salon de coiffure afro-européenIl y a trois ans, en 2009, Viviane, vendeuse dans le prêt-à-porter depuis plusieurs années, pouss ...

Christian, de la boulangerie à la patisserie, Pâtissier

Christian, de la boulangerie à la patisserie, PâtissierIl débute sa carrière au sortir de l’armée. À l’époque, malgré sa formation de pâtissier, ...

Nori-Linh, créatrice de sacs, accessoires et bijoux, créatrices de sacs, accessoires et bijoux

Nori-Linh, créatrice de sacs, accessoires et bijoux, créatrices de sacs, accessoires et bijoux« Avec l’Adie j’ai vraiment le sentiment d’être accompagnée. Je sais que je peux appeler qu ...

Maryse, Vente de produits funéraires

Maryse, Vente de produits funéraires« Si on n’avait pas ce suivi régulier d’un conseiller, on baisserait les bras, car il arrive q ...

Claude, une rôtisserie pour rebondir, Rôtisseur

Claude, une rôtisserie pour rebondir, RôtisseurAux côtés de Julia, Abir, Kevin, Éric et Giovanni, Claude a participé au 1er colloque inversé r ...

Carole, chevrière en Ardèche, Éleveuse de chèvres

Carole, chevrière en Ardèche, Éleveuse de chèvres« Il y a beaucoup à apprendre en bénéficiant de l'accompagnement proposé par l'Adie »

Actualités

Découvrir l'Adie