Portrait

Orlana, traiteure et animatrice culinaire itinérante sur son « Veloo »

« Malgré les incertitudes, j'ai toujours eu envie d’aller jusqu’au bout car je porte ce projet en moi depuis des années. J’accepte les aléas et suis prête à me réinventer s’il le faut, en composant de nouvelles recettes sur le piano de cuisine de mon triporteur. »

Temps de lecture : 4 minutes

Le gaspillage alimentaire, Orlana l’a vécu pendant 10 ans lorsqu’elle travaillait comme cheffe de partie pour des traiteurs en événementiel. 

C’est en 2019, à la suite d’une expérience à l’étranger qu’elle décide de monter son entreprise, soutenue par sa famille et ses amis.

« Je portais en moi depuis un moment l’envie d’être à mon compte. C’est la fermeture des restaurants qui m’y a poussée. Sans emploi, je n’avais pas le choix. Il fallait que je gagne ma vie, donc je me suis lancée ! »

Orlana a une certitude : avec son entreprise elle veut réduire le gaspillage alimentaire. Pour cela, aller à la source en se fournissant avec des matières premières qui sont destinées à être jetées auprès des petites surfaces et les transformer ensuite en soupes ou jus de fruits pour les vendre sur le marché de Vincennes. Elle s’équipe en août 2020 d’un triporteur et crée sa marque « Veloo. » 

« Un mois plus tard, l’Adie m’a aidée à financer l'aménagement de mon triporteur, ce qui m’a permis d’y installer tout le matériel électroménager et l’équipement nécessaire. Ce crédit a aussi été une source de confiance et de motivation pour moi. Je me suis dit que si d’autres que moi croyaient en mon projet, c’est qu’il avait de vraies chances de réussir. »

Malheureusement, la crise sanitaire l’empêche de s’installer en tant que nouvelle exposante sur les marchés. Elle ne baisse pas les bras et se rend à la mairie qui lui accorde une place sur le marché de Noël du 15 décembre au 15 janvier. Elle adapte le concept pour simplifier la logistique et proposer des gaufres, du chocolat et du vin chauds.

« Les débuts sont très prometteurs ! J’espère ensuite être présente sur les marchés et reprendre le cours de mon projet initial. »

Pour le moment, Orlana n’est qu’au début de son projet, mais à terme elle aimerait avoir son propre laboratoire de cuisine et pourquoi pas un jour franchiser sa marque.

« Malgré les incertitudes, j'ai toujours eu envie d’aller jusqu’au bout car je porte ce projet en moi depuis des années. J’accepte les aléas et suis prête à me réinventer s’il le faut, en composant de nouvelles recettes sur le piano de cuisine de mon triporteur. »


Je partage ce portrait :

Celles et ceux qui font l'Adie