Portrait

Audrey a créé son agence de médias sociaux

« Mon entreprise, c’est ma fierté. »

Temps de lecture : 4 minutes

Écouter les voix de ceux qui veulent la limiter dans ses choix et ses projets, ce n’est pas vraiment le genre d’Audrey. 

Dès le début de ses études, elle décide de se former à la communication à l’Université puis à l’IUT de Corse. Lorsqu’elle se met à la recherche d’un travail dans ce domaine, elle ne se voit proposer que des emplois à temps partiel. 

 Refusant de se contenter de cette solution qui ne la satisfait pas, elle renonce à trouver sa place par la voie du salariat et décide de se lancer à son compte. Elle n’a alors que 23 ans, peu d’expériences et ses proches tentent de la dissuader. 

« On m’a beaucoup découragée, parce que l’entrepreneuriat c’est « compliqué » et que j’étais une fille, jeune, sans expérience… mais je savais que c’était ma voie, alors j’ai foncé et j’ai créé mon entreprise. »

 Déterminée à donner tort aux sceptiques, Audrey construit son projet avec méthode, en se faisant accompagner par plusieurs structures spécialisées. Auprès de l’Adie, elle obtient un prêt pour financer l’achat de matériel informatique. Avec un investissement de départ modeste, elle peut rapidement démarrer son activité et ouvre en décembre 2020, à Ajaccio, son agence de communication, CUNNOSCI.

 L’activité principale de son entreprise est le community management pour aider les entrepreneurs locaux, les associations et les institutions publiques de l’île à se faire connaître sur les réseaux sociaux. Malgré le contexte de la crise sanitaire, son activité connaît rapidement un bel essor.

« La crise a accéléré la digitalisation des entreprises. Ça a été un point positif pour le lancement de mon entreprise. »

 Féministe et engagée, Audrey lance en parallèle le premier podcast insulaire Podcastu Sexistu qui traite des questions de genre et des inégalités femmes-hommes dans la société corse actuelle, pour bousculer les idées préconçues. 

« On me demande souvent si on peut parler à mon responsable juste parce que je suis une femme, pensant que je ne suis pas capable de gérer une entreprise. »

Cette idée fausse, Audrey est fière de la déconstruire au quotidien, et mène sa petite entreprise avec succès, en défiant tous les pronostics. 

D’ici la fin de l’année, elle espère embaucher deux personnes pour former une petite équipe et poursuivre le développement de son activité.  


Je partage ce portrait :

Celles et ceux qui font l'Adie