Portrait

Hassen, gérant d'un fast-food et d'une boulangerie à Lille

« On a fait à notre façon, c’est nous-mêmes qui avons fait les travaux, fabriqué l’enseigne et ça a marché ! »

Temps de lecture : 4 minutes

Hassen a toujours travaillé dans la restauration. Pendant dix ans il a été salarié mais a toujours eu envie de faire quelque chose pour lui et se mettre à son compte. En 2016, il décide de sauter le pas et de créer son entreprise, un fast-food. 

Avec son associé Oussama, ils cherchent un local et l’aventure commence ! Une fois le local trouver et les deux mois de caution payée, ils n’ont plus de trésorerie. Ne pouvant pas emprunter auprès des banques traditionnelles, c’est alors qu’ils se tournent vers l’Adie afin d’avoir accès à un prêt liberté qui leur permet d’avoir un crédit à taux zéro.

« Nous avons rencontré Ludivine, notre conseillère, elle nous a tout de suite fait confiance. Sans elle nous n'y serions jamais arrivés. Je ne la remercierai jamais assez ! »

Une fois les travaux terminés, le fast-food ouvre ses portes au mois de décembre 2016. L’activité commence doucement et se développe de plus en plus au fil des semaines. Le bouche à oreille fonctionne bien et les clients sont de plus en plus nombreux à venir découvrir la cuisine d’Hassen et Oussama à tel point qu’ils arrivent à rembourser leur prêt en six mois.

« On a fait à notre façon, c'est nous-mêmes qui avons fait les travaux, fabriqué l'enseigne et ça a marché ! »

En 2018, quasiment un an et demi après, ils décident avec quatre autres associés, de se lancer à nouveau. Ils s’installent dans le local juste à côté et ouvrent une boulangerie. La proximité des deux boutiques leur permet de gérer la charge de travail plus facilement.  

A l’annonce du confinement au mois de mars dernier, le restaurant a dû fermer mais la boulangerie est restée ouverte. Ils ont pu bénéficier des aides de l’État. Pour le second confinement, ils ont décidé d’ouvrir le restaurant et de mettre en place de la vente à emporter uniquement. Les clients commandaient par téléphone et venaient récupérer leur commande devant le restaurant.

« Ce n'était pas comme d'habitude mais on a quand même eu du boulot et la boulangerie cartonne donc on s'en est bien sortis ! »

Par la suite, les deux associés voudraient créer leur propre service de livraison pour le restaurant Alpha resto et mettre en place des offres promotionnelles afin d’attirer de nouveaux clients et fidéliser ceux qui le sont déjà. Et pourquoi pas d’ici trois ou quatre ans ouvrir un nouveau restaurant plus traditionnel.

« On a des idées et on sait qu'au moment de les concrétiser l'Adie sera à nos côtés ! »


Je partage ce portrait :

Celles et ceux qui ont fait l'Adie