Pôle emploi

Pôle emploi et l'Adie partagent le but commun de favoriser la création d’activité comme solution d’emploi et d’aider à sécuriser les parcours et les projets de créations d’entreprises des demandeurs d’emploi, notamment ceux en recherche de financement.

Pour cela, ils ont mis en place une collaboration renforcée entre les services de Pôle emploi et de l’Adie sur tout le territoire, tout particulièrement dans les territoires fragiles où l’Adie est largement implantée.

Interview de Jean Bassères, Directeur général de Pôle Emploi

1. Pôle emploi est engagé aux côtés de l’Adie depuis de nombreuses années. En quoi ce partenariat est-il important pour les demandeurs d'emploi que vous accompagnez ?

Les confinements successifs vécus en 2020 ont fragilisé l’économie française et certains demandeurs d’emploi, faute d’opportunités d’embauches, ont dû réfléchir à créer leur propre emploi ou encore à engager un projet de création pensé de longue date mais dont ils avaient reporté la concrétisation. Pouvoir les orienter vers les services de l’Adie est, pour les conseillers de Pôle emploi, une sécurité supplémentaire apportée à leur parcours. A l’Adie, les demandeurs d’emploi trouvent un interlocuteur d’expérience, capable de les accompagner vers des solutions efficientes de micro-crédit, pour faire démarrer ou développer leur projet. Ils bénéficient de conditions d’assurances spécifiques pour leur future activité professionnelle. 

Enfin, des demandeurs d’emploi peuvent également être aidés à financer leur mobilité : passer le permis ou s’équiper d’une voiture. Pôle emploi est fortement engagé sur ce thème. Egalement partenaire de Pôle emploi, Renault, en association avec l’Adie, donne accès à des véhicules neufs à des prix négociés et sans apport. Grâce au réseau d’acteurs mobilisés par l’Adie, le demandeur d’emploi, créateur ou créatrice d’entreprise, est moins isolé or l’isolement constitue un des freins majeurs dans les projets de création. 

Pendant la crise sanitaire, l’Adie a su montrer son adaptabilité et pu proposer des services spécifiques pour prévenir les difficultés des porteurs de projet, comme un financement jusqu’à 10 000 € composé d’un microcrédit pouvant être associé à un prêt d’honneur sans intérêt, ou son guide des différentes aides disponibles pour les entrepreneurs dans le contexte de la crise. C’est cette réactivité, en faveur des demandeurs d’emploi, que nous recherchons chez nos partenaires pour surmonter cette période difficile.

2. Avec "Emploi Store", Pôle emploi met à disposition une offre de services digitaux à destination des demandeurs d'emploi. En quoi ces outils contribuent-ils à l’accompagnement vers le retour à l'emploi ? Pourquoi avoir choisi de mettre en avant les outils digitaux proposés par l'Adie dans le cadre du soutien à la création d'entreprise ?

Au travers de l’Emploi store, nous avons souhaité mettre à disposition du plus grand nombre les meilleurs services digitaux de l’emploi et de la formation de Pôle emploi et de ses partenaires. L’Adie, par ses vidéos et son service de simulation de crédit en ligne, contribue à préparer le demandeur d’emploi mais plus largement tout créateur ou créatrice aux questions qui se poseront tout au long de son parcours. Les fiches supplémentaires, mises chaque année en ligne sur www.emploi-store.fr telles que la fiche « chiffrer mon projet », en 2020, permettent d’aider le futur entrepreneur à être sensibilisé aux bonnes questions à se poser sur son projet de création. Les outils digitaux de l’Adie ont donc toute leur place sur l’Emploi store.

3. En 2021, de nouveaux défis attendent l’Adie et Pôle emploi. Comment envisagez-vous la suite du partenariat notamment dans sa déclinaison sur le plan local, pour faire face à la crise économique qui s'annonce ?

Nous allons continuer à renforcer nos liens pour prévenir la précarité financière. Et surtout permettre à ceux qui ont créé en 2020 d’être accompagnés s’ils sont confrontés à des difficultés financières ou simplement les aider à les anticiper. Nous aurons à assurer une meilleure diffusion d’informations sur les prêts solidaires proposés par l’Etat dans le cadre du Plan de relance et distribués par BpiFrance, via les réseaux de financement des entrepreneurs (Adie, Initiative France, France active, etc.). 

On constate, sur le plan local, que des projets se multiplient autour de l’environnement, du recyclage, mettant en valeur des circuits courts. Le gouvernement a fait le pari d’une réorientation durable de notre économie. Il faut accompagner les demandeurs d’emploi qui souhaitent être créateurs à saisir cette opportunité de se lancer dans des activités durables.

Pour cela, nous renforcerons nos liens dans le cadre d’opérations locales de sensibilisation des créateurs telles que les forums sur lesquels nous sommes souvent partenaires, en lien avec les communes et les conseils régionaux. Nous participerons aussi ensemble à des programmes nationaux comme le programme « Entrepreneuriat pour tous » lancé par Bpifrance. Ce programme est intéressant car il s’adresse à un public d’entrepreneurs potentiels et que l’on vise à mieux informer et soutenir. Je pense ainsi aux jeunes, sans réseau ou capital financier. Ils n’envisagent pas de se lancer or, pour certains, ce serait une opportunité. L’Adie, en leur donnant accès aux services bancaires, peut leur offrir une chance de concrétiser leur projet. Pour ces publics, je suis convaincu que l’entrepreneuriat peut se révéler un levier d’insertion professionnelle. 

Pôle emploi sera aux côtés de l’Adie, en 2021, pour répondre à l’ensemble de ces défis.