Portrait

Claudia, couturière à Maré en Nouvelle-Calédonie

« Je voulais travailler pour moi et j’étais prête à prendre des risques pour cela. »

Temps de lecture : 4 minutes

L’histoire de la petite entreprise de Claudia est celle d’un retour aux sources.

Après avoir grandi sur l’île de Maré, Claudia est scolarisée loin de chez elle pour obtenir un Bac pro métiers de la mode en 2016. Son diplôme en poche, elle trouve un emploi dans la confection de vêtements à Nouméa, fait un service civique dans une association et se rend même au Vanuatu pour des échanges autour de son expérience de couture.

Mais très vite, Claudia souhaite se lasse de la vie citadine de Nouméa et formule le désir de retourner vivre en tribu, auprès des siens.

Pour renouer avec ses racines, elle n’hésite pas à faire ses adieux au monde du salariat et prend la décision de créer, à 22 ans à peine, son entreprise, Medu Couture. Elle confectionne des robes, des tuniques sur commande pour des collectivités et des particuliers.

« Je me suis dit que j’étais jeune. J’étais prête à prendre des risques pour retourner chez moi, dans ma tribu. Alors pourquoi pas créer mon entreprise ? »

Soutenue par ses parents, et sur le conseil de son père, la jeune couturière sollicite un financement de l’Adie pour l’aider à s’installer. 

Mais tout n’est pas si simple. En décidant de travailler depuis son île, Claudia fait aussi le choix risqué de travailler pour une clientèle plus limitée.

Sans accès à Internet, elle ne peut pas non plus compter sur la force des réseaux sociaux pour communiquer sur son démarrage. Dans l’attente de pouvoir remédier rapidement à ce manque, Claudia se fait connaître par la qualité de son travail.

« Durant la période de création, le plus difficile a été de trouver des clients. À Maré, les commandes passent beaucoup par la famille et le bouche-à-oreille. »

 À certaines périodes de l’année, son activité connaît un afflux de clientèle plus important, en particulier lors de la saison des mariages coutumiers. 

Aujourd’hui, la jeune entrepreneure travaille de chez elle dans le petit atelier construit par son père et son beau-frère. Après une première année d’activité, Claudia ne manque pas de projets.

Elle souhaite agrandir son atelier afin de pouvoir y aménager un espace pouvant accueillir une boutique où elle exposera ses modèles et les vendra directement à sa clientèle.

 


Je partage ce portrait :

Celles et ceux qui font l'Adie