Portrait

Isabelle, créatrice du salon de coiffure La Cosmopolite à la Rochelle

« Pour moi, entreprendre, c’est la liberté de donner forme à mes rêves. Ça a permis à toutes les pièces du puzzle de ma vie de s’assembler. »

Temps de lecture : 3 minutes

Cosmopolite, c’est plus que le nom qu’Isabelle a donné au salon de coiffure. C’est aussi un fil rouge de sa vie. Originaire de l’Île de la Réunion, Isabelle arrive à la Rochelle à l’âge de 3 ans, où elle grandit dans le quartier de Mireuil, un quartier qui n’a pas bonne réputation à l’époque mais dont elle sait ne tirer que le meilleur, à travers le brassage des origines qui le compose.

L’entrepreneuriat, elle y pense très tôt mais ce n’est que bien plus tard qu’elle trouve sa voie.

« Un peu par hasard », elle passe un Bac en secrétariat et comptabilité mais ne se sent pas à sa place. À 18 ans, lors d’un stage de création d’entreprise de 3 mois, se forme auprès d’une coiffeuse qui fait des tresses africaines et se met à rêver de créer son salon afro. Mais à l’époque à la Rochelle, il n’y a peu de personnes d’origine africaine, Isabelle n’a pas de diplôme de coiffeuse et son évaluation de stage lui conseille de mûrir son projet.

Une fois son BTS d’assistante de direction en poche, elle part à Bordeaux, où elle enchaîne les petits boulots, sans conviction. Sa mère lui suggère alors de se lancer dans la coiffure. À 26 ans, elle passe son CAP et remporte un concours. Elle a enfin trouvé sa voie ! Pendant un an, elle travaille avec bonheur dans un salon multiculturel qui coiffe tous types de cheveux.

Quand elle tombe enceinte, elle décide de revenir à la Rochelle. A priori, tout semble simple. Son employeur lui offre un poste dans son salon près de la Rochelle mais l’envie d’entreprendre l’incite à passer l’indispensable brevet professionnel, pour lequel ses compétences en comptabilité s’avèrent un précieux atout.

Mais quand elle retombe enceinte, elle repousse à nouveau son projet pour travailler 3 ans dans un salon.

« L’ambiance était super, mais il n’y avait pas de possibilité d’évolution. J’ai pris peur. Je voulais absolument me lancer avant qu’il ne soit trop tard. »

Elle négocie son départ, trouve un local et décroche une aide de la Région. Sans apport, elle se tourne vers l’Adie qui lui finance l’aménagement du local.

En 2011 naît Cosmopolite, un salon où elle coiffe les cheveux de toutes textures et conseille les femmes de toutes origines sur leur image.

Malgré le ralentissement de son activité suite à la crise sanitaire, Isabelle prend la situation avec philosophie, en profitant de cette période pour se former et en se réjouissant d’exercer un métier source de tant d’épanouissement pour elle-même comme pour ses clientes.


Je partage ce portrait :

Celles et ceux qui ont fait l'Adie