Portrait

Élodie lance sa collection de vêtements et accessoires pour bébé

« Aujourd’hui, je vis mon rêve avec passion. Je peux enfin dire qui je suis : je suis une maman créatrice. »

Temps de lecture : 4 minutes

« Quand je serai grande, je serai styliste, illustratrice, ou créatrice ! »

Comme un leitmotiv, cette envie n’a jamais vraiment quitté Élodie. Même durant sa carrière dans la grande distribution, où, responsable de secteur fruits et légumes, elle conserve et développe dès qu’elle le peut ce côté créatif. Manager les équipes, mettre en scène le rayon, théâtraliser les saisons pour mettre en valeurs les produits et harmoniser les couleurs, séduire et fidéliser le client, tout cela nécessite une énergie créatrice et imaginative.

Totalement investie dans son métier et son évolution professionnelle, alignant les semaines de 60 heures à un rythme effréné, la jeune femme devient un jour maman. Et cet événement fait basculer sa vision de la vie. Elle doit s’arrêter, prendre le temps, penser à elle et à son avenir.

C’est alors que pour s’occuper, elle apprend la couture. Ce choix n’est sans doute pas anodin quand on sait que sa maman est elle-même couturière de métier. La première étape vers son activité actuelle est franchie.

La période d’intérim et de chômage qui s’en suit la conforte dans le fait qu’elle ne retournera pas vers son métier précédent. Une longue période de doute s’installe. Ce sont les encouragements de son entourage et sa seconde maternité qui lui laissent le temps de réfléchir, créer et tester. Beaucoup tester… Ses premières confections ? « D’abominables lingettes lavables, affreusement mal cousues ! », confesse-t-elle.

Elle passe ses journées à coudre, pour son bébé, ses amies et son entourage. Elle apprend vite. Très vite. 

« Ma meilleure amie m’a boostée. Je me sentais prête à me lancer seule. Quand j’ai une idée en tête, je vais jusqu’au bout. Les peurs, je les mets de côté. »

Élodie vient de lancer son projet !

L’immatriculation de sa micro-entreprise en décembre 2019 précipite les choses : création du site en ligne, page Facebook, bouche-à-oreille, carnet de commandes qui s’étoffe…

Bref, l’aventure est lancée.

Et au bout de quelques mois, cela lui apporte un revenu complémentaire. Jusqu’à l’arrivée du Covid-19 et du confinement…

Chute libre des commandes, inquiétude pour l’avenir : Élodie ne peut bénéficier de l’aide de l’État car elle n’a pas de chiffre d’affaires de référence. Elle doit piocher dans ses réserves, d’autant qu’elle a investi dans du stock de tissus.

"En avril, ne te découvre pas d’un fil…" C’est heureusement ce que se sont dit ses clients en accélérant la cadence des commandes, à la grande surprise d'Élodie. Ne pouvant se déplacer les consommateurs se tournent vers la vente à distance. Même si la production est compliquée en raison des problématiques d’approvisionnement des merceries, Élodie confectionne ses accessoires de puériculture, lingettes lavables, essuies-tout réutilisables et éponges écologiques.

Le rythme est soutenu, même depuis le déconfinement.

« Beaucoup de mes clients ont changé d’opinion ou de vision sur leur consommation : ils veulent du ‘made in France’. »

Fidèle à son caractère fonceur, Élodie a plein de projets. Le premier est celui d’acquérir une machine à floquer pour travailler avec les instituts de beauté et autres métiers liés à l’esthétique.


Je partage ce portrait :

Celles et ceux qui font l'Adie