Portrait

Rebecca a ouvert Afrocook, restaurant-traiteur à domicile

« Mon entreprise, c’est ma vie ! La satisfaction de mes clients me donne de l’énergie et je me lève tous les matins avec joie ! »

Temps de lecture : 5 minutes

Depuis toute petite, Rebecca aime faire la cuisine, avec pour modèle sa maman, un cordon bleu à la tête de son propre restaurant. Bien qu’ayant toujours eu cette vocation au fond d’elle-même, elle tarde pourtant à en prendre conscience.

Née et élevée en Côte d’Ivoire, elle fuit le pays en 2011 pour se réfugier au Togo, puis en France, avec à sa charge ses 3 petits frères, sa petite sœur, et son fils. 

En France, elle étudie le management, l’entrepreneuriat, et les ressources humaines et fait plusieurs stages pour se préparer à travailler en entreprise.

Un soir, alors que la famille est dans une situation financière très compliquée, c’est une idée de son conjoint qui provoque le déclic qui change le cours de sa vie professionnelle toute tracée. Avec les 50 euros qu’ils ont mis de côté, le couple achète du poulet et de l’attiéké, un couscous de manioc très prisé en Côte d’Ivoire, et décide de proposer à la vente des plats fraîchement cuisinés sur les réseaux sociaux. En quelques jours à peine, sans publicité, la mise est multipliée par 6 ! Il n’en faut pas plus pour réveiller la vocation de Rebecca et lui donner envie de se lancer pour de vrai. 

Son entourage est plus que sceptique… Avec ses diplômes, pourquoi ne cherche-t-elle pas un poste avec un bon salaire dans une grande entreprise ? On lui dit que la cuisine africaine n’intéresse que les Africains, qu’elle ne pourra pas en vivre, que les contraintes administratives sont trop compliquées, qu’il lui sera impossible d’obtenir des financements… 

Mais Rebecca et son compagnon croient fermement que leur projet a du potentiel. L’Afrique regorge d’une grande culture culinaire qui mérite d’être connue. 

Pour faire mentir ces paroles décourageantes, Rebecca obtient un financement de l’Adie et construit son projet méthodiquement et progressivement, en commençant par travailler depuis chez elle comme traiteur à domicile. 

Avec amour, elle cuisine le poisson, la volaille et la viande avec une cuisson au charbon de bois en les agrémentant de saveurs et d’ingrédients africains, revisités aux goûts d’ici. Elle fabrique ses propres jus de façon traditionnelle à base de fleur d’hibiscus, de fruit de la passion et de gingembre.

Aujourd’hui, elle a pu ouvrir un restaurant. C’est une étape importante mais l’ambition de Rebecca ne s’arrête pas là.  Elle compte bien un jour faire d’Afrocook la plus grande chaîne de restaurants africains de France !


Je partage ce portrait :

Celles et ceux qui font l'Adie