Portrait

Antoine propose des circuits œnologiques à vélo dans la vallée du Rhône

« Mon entreprise, c'est pour moi un retour à l'essentiel, c'est évoluer dans un cadre naturel magnifique et aller à la rencontre de gens passionnants. »

Temps de lecture : 2 minutes

Au départ de Condrieu, commune viticole du Rhône, desservie par la Via Rhôna, Antoine propose, depuis mai 2021, sous l’enseigne Wine and Ride, des circuits à vélo d’une journée ou d’une demi-journée avec visite d’un domaine d’exception, et, selon les formules, des rencontres avec des producteurs locaux, des visites de sites historiques.

« L’idée de créer des circuits touristiques à vélo dans une région viticole n’est pas nouvelle, explique-t-il, mais ce qui l’est plus, c’est de mettre en avant tout le patrimoine culturel, gastronomique et historique du terroir et d’aller à la rencontre de vignerons passionnés. »

Antoine et son ami de longue date, Léonardo, en avaient rêvé, et c’est ce dernier qui concrétise le projet en créant en 2016 le premier Wine and Ride en Argentine.

Antoine lui rend visite en 2018, alors qu’il est en poste à Brazzaville, au Congo, au ministère du tourisme et de l’environnement.

« L’offre était exceptionnelle. J’ai su que j’allais développer l’activité dès mon retour en France, et plus précisément dans la vallée du Rhône et le parc du Pilat d’où est originaire ma famille ! »

Deux ans plus tard, revenu d’Afrique, le jeune homme se lance dans l’aventure et crée, en avril 2021, son entreprise, Utalii, pour exploiter la marque Wine and Ride dont il a la libre utilisation en France et en Europe. En parallèle des démarches administratives, il parcourt 2 000 kilomètres dans la région. Et rencontre près de 200 personnes : vignerons, producteurs, artisans… Parmi lesquels ceux qui deviendront ses partenaires et occuperont une place de choix dans son offre touristique.

« Je me devais de connaître le terrain par cœur. »

À la recherche d’un appui financier pour démarrer son activité, et après quelques rendez-vous infructueux, Antoine rencontre l’Adie par l’intermédiaire de la Chambre de Commerce et d’Industrie et obtient un microcrédit pour l’achat de matériels et de supports de communication.

« L’Adie est la seule structure qui a vraiment cru en moi et qui m’a proposé un accompagnement de qualité dans la phase opérationnelle de mon projet. »

À l’issue de sa première année d’activité, Antoine souhaite désormais passer à la vitesse supérieure pour développer Wine and Ride. Au programme : le renforcement de l’offre destinée aux entreprises et celui des actions de communication, le recrutement direct ou en sous-traitance, de nouveaux accompagnateurs, et, pourquoi pas, le développement du tout nouveau réseau de franchisés Wine and Ride en Europe. De quoi poursuivre la route !


Je partage ce portrait :

Celles et ceux qui ont fait l'Adie