Portrait

Bakhaw, conseiller de microcrédit à distance basé à Nancy

« Mon poste ? ça me plait beaucoup. Chaque jour on a de nouveaux cas. Il s’agit de personnes qui sont en difficulté, qui ont besoin de financement et d’une voiture pour aller au travail. Nous sommes là pour les aider. »

Temps de lecture : 2 minutes

Originaire du Sénégal, Bakhaw arrive en France en 2015 pour réaliser ses études et faire un Master 2 en Microfinance, Entrepreneuriat et Développement à l’Université de Nancy.

Bakhaw entend parler de l’Adie au cours de ses études supérieurs, grâce à l’ancienne directrice de l’Adie dans le Grand Est, Emmanuelle Daviau, qui était professeure dans son université.

À la fin de ses études, pour lui c’est une évidence, il intégrera l’Adie.

« Je partage les valeurs de l’association, je voulais vraiment travailler dans la microfinance, mais je n’ai pas eu l’opportunité à cause des confinements de la Covid-19. Je devais payer mes charges et le loyer, je ne pouvais pas prendre le risque de changer d'emploi et renoncer à mon travail dans l’entreprise familiale dans le BTP. »

Les mois se sont écoulés, mais il gardait un œil sur les offres d’emploi de l’Adie. Il n’a jamais renoncé à l’idée de devenir salarié à l’Adie. Son opportunité est arrivée finalement cette année, avec l’ouverture de la nouvelle plateforme téléphonique de l’association à Laxou, dans la banlieue de Nancy.

Bakhaw est maintenant conseiller de microcrédit à distance, par téléphone.

« Mon poste ? ça me plait beaucoup. Chaque jour on a de nouveaux cas, j’apprends à comprendre et à aider les personnes sans les voir. Il s’agit de personnes qui sont en difficulté, qui ont besoin de financement pour une voiture, par exemple, pour se rendre à leur travail. »

La nouvelle équipe de l’association à Nancy est très soudée. Il apprécie l’ambiance et l’entraide quotidienne.

« Ce qui me plait le plus, c’est l’ambiance ! Les collègues sont sympas, je ne m’ennuie pas et les managers sont disponibles : ils partagent avec nous leur expérience et j’apprends d’eux tous les jours. »

Bakhaw souhaite monter en compétences sur son poste, au sein de l’association, mais pense déjà à évoluer et faire une longue carrière à l’Adie.


Je partage ce portrait :

Celles et ceux qui font l'Adie