Portrait

Benoît, électricien à vélo

« Moi, je ne me déplace qu’à vélo. Je ne me voyais pas aller sur mes chantiers en camionnette. »

Temps de lecture : 4 minutes

Après plus de 10 ans dans les ressources humaines, Benoît s’est reconverti pour devenir électricien. Mais il ne s’est pas arrêté là ! Il a décidé de rejoindre le programme Ma Cyclo-entreprise pour devenir électricien à vélo !

Plus jeune, Benoît a arrêté ses études rapidement pour pouvoir se consacrer pleinement à la musique. Mais en 2007, il choisit de prendre un emploi salarié dans les ressources humaines. C’est en 2018 qu’il a mis fin à son contrat, parce qu'il avait envie de faire quelque chose de ses mains. 

Son père étant électricien, Benoît avait déjà quelques notions dans le domaine. Au départ il a commencé par faire des travaux dans sa propre maison, puis ses amis lui ont demandé de l’aide. Et très vite, grâce au bouche-à-oreille, son activité a pris de l’ampleur !

Benoît a donc décidé de se former et a fait une demande auprès de Pôle emploi. Il a suivi une formation au GRETA de novembre 2018 à mai 2019 avec deux mois de stage. 

Si après sa formation, bon nombre de ses camarades sont partis travailler en intérim, ce n’était pas son ambition. Son carnet de commande grandissant, Benoît a choisi de devenir entrepreneur et s’est formé à la Chambre des métiers en octobre 2019. 

Peu de temps après, Benoît a reçu un mail de Boite à Vélo France lui parlant du programme Ma Cycloentreprise. Ce programme vise à promouvoir la cyclomobilité  professionnelle auprès des microentreprises. Emballé par l’idée, il s’inscrit immédiatement à une formation.

« Moi je ne me déplace qu’en vélo. Je ne me voyais pas aller sur mes chantiers en camionnette. C’était pour moi important d’avoir un projet original. »

Benoît a beaucoup appris lors de cette formation Ma Cycloentreprise, bien qu’il soit cycliste depuis longtemps. 

« On apprend des choses sur la façon de pratiquer le vélo, comme par exemple, qu’il est très mauvais de porter un sac à dos. »

Il a apprécié pouvoir échanger avec d’autres entrepreneurs à vélo. Il a notamment été rassuré et boosté suite à un échange avec un plombier qui lui a partagé son expérience.  

L’étape suivante pour Benoît était d’acquérir un vélo. Lors de sa formation, on lui a présenté l’Adie. C’est grâce au microcrédit Adie ainsi qu’à la prime Ma Cycloentreprise qu’il a pu financer son vélo

Cela fait maintenant quelques mois que Benoît a sauté sur son vélo pour démarrer pleinement son activité. Et même si le début est un peu compliqué, il n’est pas déçu ! 

« Pour l’instant je ne suis pas encore très connu à Angers. Il y a beaucoup de bouche-à-oreille, mais pour que ça prenne, il faut du temps. »

Depuis le départ, Benoît souhaite se démarquer des autres électriciens de la région par son vélo. Il a d’ailleurs bâti sa communication autour de cet atout : “Vélectricité, artisan électricien local à vélo”. Bien que certains de ses clients ne l'aient pas choisi pour son vélo, la salle de concert du Chabada d’Angers l’a contacté expressément pour ça. Sa communication a donc fonctionné ! 

« Je ne regrette pas du tout d’être passé à vélo. C’est une expérience. On a un rapport avec la nature qu’on n’a pas en véhicule. »

Benoît recommande même cette expérience à toutes les âmes d’entrepreneurs qui sont des habitués du vélo. 

Celles et ceux qui font l'Adie