Portrait

Bruno, rôtisseur à Brive-la-Gaillarde

« Entreprendre c’est courageux ! Il ne faut pas avoir peur de se lancer même s’il y a des moments compliqués. »

Temps de lecture : 3 minutes

Originaire de Cognac en Charente, Bruno a toujours travaillé dans le commerce. Il a commencé par tenir un restaurant avec sa femme à Angoulême, mais travailler en couple n’est pas simple ! Après plusieurs années, il change de métier, et devient chauffeur poids lourd. Plus tard, il décide de s'installer dans la région et reprend une affaire, un bar PMU à Brive.

Bruno a toujours voulu être autonome et avoir sa propre rôtisserie. C’est en passant devant un local qu’il commence à y penser sérieusement.

« J’ai vu le local vide donc je me suis dis pourquoi pas ! » 

Bruno lance son activité en mars 2021, juste avant le premier confinement. Les débuts sont compliqués, alors il cherche à se diversifier. Il contacte les banques mais son dossier est refusé, faute d’apport personnel. C’est en parlant de son projet avec des gens que Bruno découvre l’Adie.

« On m’a dit qu’on pourrait m’aider à me financer, alors j’ai appelé l’Adie. J’ai échangé avec Sophie, ma conseillère, on s’est vus plusieurs fois et ça a été concluant. » 

Bruno a obtenu un prêt pour acheter une nouvelle machine lui permettant de faire les marchés. Il vend des poulets rôtis le dimanche matin sur le marché de Brive et il va bientôt faire le marché de Perzac. Dans sa boutique, il a installé un coin épicerie où il propose des produits variés issus de producteurs locaux.

Pour la suite, Bruno veut faire découvrir son commerce à de nouveaux clients. Sa fille l’aide pour communiquer sur les réseaux sociaux. Il compte aussi sur ses clients réguliers pour faire du bouche-à-oreille.


Je partage ce portrait :

Celles et ceux qui font l'Adie