Portrait

Clémentine, couturière à Hyères, dans le Var

« Je suis une entrepreneure épanouie, mon but est de montrer que la créativité n’a pas de limite ! »

Temps de lecture : 4 minutes

Clémentine a un Bac Professionnel et un BTS Métier de la mode. Elle a choisi cette orientation de car elle avait déjà en tête de monter son entreprise de couture. Elle a mûri cette réflexion pendant 5 ans et, en octobre 2017, elle décide de se lancer.

Clémentine fait des retouches, de la confection sur mesure de vêtements, de l’ameublement et du linge de maison pour les particuliers et les professionnels. Elle donne également des ateliers de couture pour tous, et développe aussi le zéro déchet en proposant des articles du quotidien réutilisables, comme les cotons démaquillants, essuie-tout, etc.

« Je voulais vraiment apprendre la couture auprès de petits entrepreneurs pour être au plus près de la réalité du métier. »

Clémentine a fait un stage de préparation à l’installation qu’elle a obtenu en octobre 2017. Le lendemain, elle remplissait les documents pour créer son entreprise et obtenir son immatriculation auprès de la chambre des métiers. Elle a commencé à travailler depuis sa chambre et un an après, en octobre 2018 elle ouvre sa boutique. Clémentine a découvert l’Adie sur Internet, elle a obtenu un financement qui l’a aidé à avoir son local et à s’installer professionnellement. 

Aujourd’hui, Clémentine a une clientèle fidèle et bienveillante. Elle travaille avec trois entreprises qui lui font confiance et elle a une sous-traitante qui travaille pour elle. Elle a plusieurs projets en tête à court terme : finaliser son site Internet afin de permettre à ces différents clients de découvrir son univers et son travail, développer un espace de vente en ligne pour vendre ses créations, et mettre en avant ses travaux zéro déchet. 

« C’est essentiel de penser à nos déchets, il existe plusieurs manières de participer à la préservation de notre planète. »

Elle envisage de s’installer dans un local plus grand afin d’accepter des commandes plus importantes et pourquoi pas ouvrir d’autres boutiques et embaucher des salariés. Même si elle a parfois quelques doutes, elle croit en son projet et est prête à rebondir et à continuer de développer son activité.  


Je partage ce portrait :

Celles et ceux qui font l'Adie