Portrait

David a créé son restaurant franco-haïtien

« Le plus important, c'est de prendre du plaisir tous les jours, et d'aimer ce qu'on fait. »

Temps de lecture : 2 minutes

Âgé de 27 ans, David décide d’ouvrir son propre restaurant. Son but ? Promouvoir la cuisine haïtienne, partager les saveurs de son pays d’origine, et faire de son restaurant un lieu différent de tous les autres.

Il entreprend tout d’abord des études en bac pro commerce. Il comprend peu à peu qu’il n’a pas envie de poursuivre son cursus, qu’il veut créer sa propre entreprise. Prudent par nature, David fait mûrir son projet de restaurant pendant presque 6 ans, pendant lesquelles il travailler chez Décathlon, et met de l’argent de côté. Grâce à son expérience, il découvre le fonctionnement d’une organisation commerciale, acquiert des compétences en gestion, apprend l’autonomie, et développe ses qualités de vendeurs. Quand enfin, "sa y’es !" David est prêt à monter sa boîte. Il s’associe à une amie, et à deux, ils démarrent l’aventure de leur restaurant franco-haïtien. 

Au début, l’entourage de David ne croit pas en son projet. Ses proches ont peur qu’il échoue. Mais c'était sans compter sur le mental de David, qui avance dans son projet : réunit les informations, trouve des aides, des financements, et se forme sur les aspects de l’entrepreneuriat qu’il maîtrise moins bien. 

Finalement, à l’Adie, David obtient rapidement son financement et prend confiance en lui et en son projet. Il n’a pas peur de l’échec pour lui. « Si ça marche tant mieux, si ça ne marche pas, tant pis ! » son mantra, simple, l’aide à aller de l’avant sans arrière-pensée.

Grâce à sa philosophie, David surmonte les difficultés, l’une après l’autre. « le plus dur pour moi, c’est qu’on manque toujours de temps, et... toute la partie administrative ! » C’est pour cela qu’il reste en contact avec l’Adie pour obtenir de l’aide et des conseils.

Aujourd'hui, son restaurant biculturel se porte bien. Tout son entourage en fait la promo que ça soit pour des événements ou pour un simple déjeuner. Il a même lancer une campagne de crowdfounding pour acheter du matériel. 

D’ici cinq ans, David aimerait développer une activité de traiteur. Il se voit bien aussi, plus tard, créer d’autres entreprises. Son mantra dans la vie pour son travail est de « prendre du plaisir tous les jours et aimer ce que je fais, car le temps passe très vite. » 


Je partage ce portrait :

Celles et ceux qui font l'Adie