Portrait

Driss, papa traiteur sur les marchés à la Rochelle

« Il était hors de question que je ne vois pas mes enfants grandir. Je voulais être pleinement disponible pour eux quand ils étaient avec moi. » 

Temps de lecture : 4 minutes

Driss est un papa entrepreneur. C’est en effet pour avoir le temps de s’occuper de ses enfants, après sa séparation d’avec sa compagne qu'il décide de se tailler un emploi sur mesure. 

D’origine marocaine, Driss est né dans le quartier de L’Ousse des Bois à Pau. Sa carrière de cuisinier lui permet de faire le tour de France, de Club Med en hôtel, avant de se poser à la Rochelle où il fonde sa famille.

« Ce métier est une passion qui a réveillé beaucoup de choses en moi. La cuisine, ça a aussi été mon passeport. Grâce à elle, j’ai bien bourlingué. Ça m’a permis de mettre les voiles. » 

Lorsqu’il se sépare de la mère de ses enfants, il décide de tout mettre en œuvre pourcontinuer à exercer son métier, tout en dégageant plus de temps pour ses enfants, âgés de 7 ans à l’époque, et dont il s’occupe seul une semaine sur deux. 

« Il était hors de question que je ne vois pas mes enfants grandir. Je voulais être pleinement disponible pour eux quand ils étaient avec moi. » 

Driss vient de finir un CDD et est sans emploi quand il rencontre un conseiller Adie sur le marché de Villeneuve qui lui propose de suivre la formation de 3 semaines « Je Deviens Entrepreneur » pour réfléchir à son projet de restaurant. 

Pendant la formation, il fait la rencontre de la créatrice de Métiss’& Bio, dont les locaux sont situés dans le même foyer de jeunes travailleurs que ceux de l’Adie, et devient salarié de l’entreprise. Cette expérience lui permet de faire un premier pas dans le monde du service traiteur et lui met le pied à l’étrier.

 En septembre 2018, Driss crée Ô Sésames et se lance sur les marchés de la Rochelle en tant que cuisinier nomade, tout en proposant des prestations de chef à domicile et d’animateur culinaire. 

« Commencer sur les marchés, c’était la formule la moins coteuse et la plus simple pour gérer mon temps. J’avais un peu d’économies, un coup de pouce de ma famille et j’ai démarré. Comme je ne travaillais qu’une semaine sur deux, l’activité a démarré lentement. Lorsque j’ai eu besoin de trésorerie, l’Adie m’a à nouveau soutenu en m’accordant un financement. » 

C’est à Mireuil que Driss habite et élève ses enfants. Ce quartier, le plus grand quartier de la Rochelle, le plus peuplé aussi, avec des personnes de toutes communautés, Driss le décrit comme « une micro-ville dans la ville de la Rochelle » avec des commerces, des centres d’activité, un grand parc, au nord en allant vers l’île de Ré, le quartier qui borde l’océan.

Pour lui, « c’est le quartier idéal, avec des loyers modérés, des infrastructures et l’Adie, qui se bouge du côté de la Choppe, à Villeneuve et sur les marchés. » 


Je partage ce portrait :

Celles et ceux qui font l'Adie