Portrait

Financé par l'Adie, Cherif a pu ouvrir son salon de coiffure à Ivry-sur-Seine en Île-de-France

« Mon entreprise c’est toute ma vie, sans elle je ne serais rien et je n’avancerais pas. »

Temps de lecture : 2 minutes

En 2017, quand Cherif arrive en France, il commence par travailler pendant 4 ans, comme salarié, dans un salon de coiffure.

Mais son véritable projet est d’ouvrir un jour son propre salon en France. C’est que Cherif est loin d’être un débutant. Il a du métier, pour avoir créé et tenu son propre salon en Algérie il y a 21 ans. En France, il sait qu’il y a de la demande et des opportunités pour bien gagner sa vie pour les professionnels expérimentés comme lui.

Pendant des années, il met de côté ses salaires pour racheter, avec un associé, le fonds de commerce d’un salon de coiffure à Ivry-sur-Seine.

Un jour, Youcef, conseiller à l’agence Adie de Montreuil, pousse la porte du salon. Ils comprennent qu’ils se sont déjà croisés, ailleurs, il y a longtemps. Quel hasard ! Ils sont en effet originaires de la même petite ville en Algérie. Cherif lui parle de son projet d’ouvrir un salon pour hommes et de sa difficulté à trouver un financement.

« J’avais besoin d’argent supplémentaire afin de me racheter du matériel et de rénover mon salon ».

Youcef lui parle alors de l’Adie et lui propose de prendre rendez-vous pour étudier son dossier. Rapidement, Cherif obtient un microcrédit, ainsi que son associé, financé et accompagné par une autre conseillère de l’Adie. Le financement leur permet de racheter du matériel pour rénover le salon, et Chérif effectue seul les travaux en seulement 3 semaines. Le barber shop Aghiles Coiffure ouvre en 2021. La première année d’activité est difficile : entre confinements et déconfinements, Cherif peine à se construire une clientèle solide. Alors pour faire connaître son activité et se familiariser avec les habitants du quartier, Cherif décide de faire de son salon un lieu de vie, en offrant le café.

Aujourd’hui, c’est autant l’ambiance que les coups de ciseaux de Cherif et de son associé qui font le succès du salon. Quotidiennement, le salon reste ouvert au-delà des horaires indiqués et les clients font la queue pour passer entre leurs mains expertes.

« Tous les clients sont mes amis. Mais Youcef, c’est exceptionnel, je le considère comme un frère. »

Avec son associé, ils ont déjà créé deux emplois et ont pour projet d’ouvrir un deuxième salon, également à Ivry-sur-Seine, pour s’ouvrir à la clientèle féminine.

« Mon entreprise, c’est toute ma vie, sans elle je ne serais rien et je n’avancerais pas. »


Je partage ce portrait :

Celles et ceux qui ont fait l'Adie