Portrait

Garlonn, maréchal-ferrant en Bretagne

« Je suis du genre à relever les défis les plus fous. L’aventure de l’entrepreneuriat, c’est comme une évidence pour moi. »

Temps de lecture : 4 minutes

Maréchal Ferrant, traditionnellement, c’est un métier plutôt masculin. Et pourtant, il attire de plus en plus de femmes qui, comme Garlonn, font le choix de se former à ce métier complet, au croisement de la ferrure classique et du parage pour les chevaux sans fers, en passant par l’orthopédie et la kinésithérapie.

Propriétaire de plusieurs chevaux, Garlonn monte depuis l’enfance. Forte d’une formation complète dans l’élevage du cheval et diplômée de maréchalerie au CFA de la Baie du Mont Saint Michel, elle fait ses premières armes en Normandie. Elle remporte même un concours qui lui ouvre les portes de la prestigieuse École nationale d’équitation de Saumur et du Canada pour présenter ses études de cas cliniques. 

Après son apprentissage, Garlonn revient dans sa Bretagne natale. En 2020, elle jongle entre chômage, congé maternité et des changements importants dans sa vie personnelle. Mais dans un coin de sa tête, lui trotte l’idée émise par une amie : pourquoi ne pas s’installer à son compte en tant que pareur ? 

« Ma famille et mes amis m’ont été précieux dans les moments de doute pour m’aider dans cette aventure. Aujourd’hui, ils partagent avec moi cette fierté commune. »

Pôle emploi lui propose de suivre une formation à la création d’entreprise, puis l’oriente vers la Chambre des Métiers, l’Urssaf. Avec l’Adie, elle construit le plan de financement nécessaire à son démarrage, obtient un microcrédit pour renouveler la totalité de son matériel et assure son entreprise face aux risques de son activité. 

« Je ne voulais pas me confronter aux banques, de peur de me faire avoir. Et puis sans ressources comme je l’étais, je pense que cela aurait été compliqué. Le financement de l’Adie m’a permis de démarrer avec une trésorerie confortable. »

En janvier 2021, à 25 ans, Garlonn crée son entreprise et devient l’une des rares femmes maréchal-ferrant de Bretagne. Installée à Guiscriff, dans le Morbihan, elle opte pour une approche naturelle de son métier et des soins apportés aux animaux, en proposant du parage énergétique, une technique de soin des chevaux sur « pieds nus » et respectueuse du bien-être animal.

Cette vision alternative attire vers elle une clientèle nombreuse et son carnet est rempli pour les 6 prochains mois. 

Mère célibataire, Garlonn compte bien veiller cependant à garder du temps pour elle aussi profiter de la vie, à son rythme. 


Je partage ce portrait :

Celles et ceux qui font l'Adie