Portrait

Latifa, traiteur de cuisine orientale, dans la région bordelaise

« La création de mon entreprise a été une libération. Je sens que je peux enfin vivre pour moi-même. »

Temps de lecture : 4 minutes

La vie de Latifa commence de l’autre côté de la Méditerranée. Et rien, au départ, ne la destine à devenir une cheffe d’entreprise. 

Ses études s’arrêtent à la fin de l’école primaire. À partir de 13 ans, elle commence à travailler en exécutant des tâches de couture, de broderie, et de tricot. À 17 ans, elle se marie et devient mère de famille. Mais Latifa aime apprendre. À la maison, elle étudie le Français avec les livres de son frère et en regardant des films. Et dans sa famille, elle se découvre un goût prononcé pour l’organisation de grands repas.

Sa vie bascule, à 29 ans, quand, suite à son divorce, elle est contrainte de quitter le Maroc avec ses 4 enfants, direction la France. Pendant 6 ans, sans papiers, elle travaille dans la restauration et déclare scrupuleusement ses revenus pour constituer son dossier de demande de régularisation, qu’elle obtient en 2007.

10 ans plus tard, elle se sent prête à créer sa propre affaire. Pour se lancer sur les marchés, l’Adie lui accorde un premier financement afin d’acheter un parasol et du matériel pour installer son stand. En 2018, un second prêt lui permet de faire l’acquisition d’un véhicule.

Au début, Latifa démarre sur les marchés de Thouars, de Saint-Gènes, et du Forum et sur un emplacement à côté de la piscine de Talence. En 2018, lors de la création des Halles de Talence, Latifa se voir offrir l’opportunité d’y louer un espace d’abord éphémère, puis, face au succès, d’y acquérir un fonds de commerce. Cette fois-ci, la banque lui fait confiance.

Aujourd’hui bien installée dans les Halles de Talence, Latifa est plus épanouie que jamais et propose dans son le restaurant marocain, de déguster un fabuleux couscous, des tajines, du taboulé libanais, du houmous, des pastillas ainsi que des gâteaux et un merveilleux thé à la menthe…


Je partage ce portrait :

Celles et ceux qui font l'Adie