Portrait

Laurie, directrice territoriale adjointe en Seine-Saint-Denis

« À chaque fois qu’un créateur vient me voir, c’est un peu comme si c'était mon projet. »

Temps de lecture : 3 minutes

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Laurie est une passionnée. Aujourd’hui directrice territoriale adjointe en Seine-Saint-Denis, elle a été conseillère dans les quartiers en Guyane et en Île-de-France pendant plusieurs années.

Originaire de Guyane, Laurie effectue ses études à Créteil et retourne sur sa terre d’origine pour une année de césure après un Master 1 Entrepreneuriat International et PME. C’est à ce moment qu’elle intègre l’Adie pour un remplacement maternité de 6 mois. À la fin de cette mission, elle se voit proposer un poste de chargée de mission avec pour objectif de sensibiliser les habitants des quartiers prioritaires à la création d’entreprise. Ce poste change sa vie. Elle y découvre les quartiers et prend conscience de la pauvreté en France.

« Je ne me rendais pas compte de ce que ça impliquait. Quand on m’a confié cette mission, j'étais honorée qu’on pense à moi. Ce n'était pas un choix à l’origine, mais ça été une révélation. Et ça m’a remis les pieds sur terre ! »

Après un an à l’Adie en Guyane, elle intègre l’Adie Île-de-France et devient conseillère à Créteil puis responsable des agences de Montreuil et Montfermeil. Ce qui lui plait dans les quartiers, c’est la diversité des projets et des profils qui lui permettent de changer de mission au quotidien et de développer une expertise plus large.

« À chaque fois qu’un créateur vient me voir, c’est un peu comme si c'était mon projet. »

Pour Laurie, les habitants de quartiers ont cette hargne et cette débrouillardise que les autres n’ont pas. Aujourd’hui, directrice territoriale adjointe en Seine Saint-Denis, Laurie manage des équipes de conseillers et aide au déploiement de l’action de l’association tout en continuant d’accompagner des créateurs d’entreprise.

« Je me sens utile, ça donne un sens à ma vie. J’aide des personnes qui n’avaient pas confiance en eux. On essaie de simplifier les choses pour leur montrer que c’est à leur portée et quand ils sont fiers d’eux, c’est une réussite pour nous aussi. »


Je partage ce portrait :

Celles et ceux qui ont fait l'Adie