Portrait

Mélodie, 27 ans, conseillère à Saint-Denis (93)

« Ce qui me plaît le plus, c'est la pluralité des missions : le métier de conseillère est vraiment complet, il demande des capacités commerciales, de management, des compétences sociales et aussi stratégiques. »

Temps de lecture : 4 minutes

L’économie sociale et solidaire, c’est ce qui intéresse profondément Mélodie. Elle y a consacré ses études d’abord en spécialisant ses études en école de commerce en innovation et entrepreneuriat, puis en poursuivant son parcours dans une école à Lyon spécialisée management de projets internationaux dans les pays émergents, l’ESCD3A.

Après en échange universitaire de 10 mois au Mexique, Mélodie revient en France pour commencer sa vie professionnelle. Elle cherche à Strasbourg, puis à Paris, envisage même de faire un volontariat international, mais elle peine à trouver un poste en phase avec ses aspirations.

« J’étais très éparpillée et peu au clair sur le type de poste que je recherchais. »

Sans grande conviction, elle tente une première expérience dans l’industrie pharmaceutique.

« Ça ne correspondait pas à mes valeurs et je m’ennuyais. »

C’est en lisant le témoignage d’une ancienne élève de son école devenue salariée à l’Adie qu’elle entend parler de l’association. Début 2020, elle participe à une journée marathon de recrutement de l’Adie au Pôle emploi du 14ème arrondissement de Paris et décroche le poste de conseillère.

« J’étais super contente. Je devais commencer le 16 mars mais le confinement a décalé ma prise de fonction. »

En mai 2020, Mélodie intègre l’agence de Saint-Denis.

« Mon équipe est incroyablement accueillante, chaleureuse et solidaire. Ça rend facile d’aller au travail tous les jours. Quant au poste en lui-même, je ne m’attendais pas à ce que ça me plaise autant. J’avais peur que ce soit un peu tout le temps la même chose. Mais en fait, on n’a pas le temps de s’ennuyer. On sent vraiment l’utilité de notre action au quotidien »

Le quotidien de Mélodie consiste à accueillir les porteurs de projets de création d’entreprise et instruire leur demande de microcrédit. Ce qu’elle apprécie particulièrement, c’est la diversité des parcours des personnes qu’elle rencontre.

Pour l’appuyer, Mélodie peut compter sur la solidarité de son manager, sur l’entraide entre les conseillers du 93, et sur les compétences précieuses de bénévoles vers lesquels elle oriente les créateurs d’entreprise pour se faire accompagner sur les aspects administratifs ou commerciaux de la création d’entreprise. En même temps, elle apprécie l’autonomie qui lui est accordée dans sa relation avec les porteurs de projet.

« En tant que conseiller, on est libre de faire évoluer notre métier comme on le souhaite. C’est très formateur ! »


Je partage ce portrait :

Celles et ceux qui font l'Adie